Escalade

On m’a demandé de participer au contenu du site SaiD100 en faisant un petit article sur l’escalade, activité que je pratique depuis bien longtemps. A défaut d’être un excellent grimpeur, j’ai eu l’occasion de beaucoup voyager (en France et ailleurs) et donc de grimper dans toute sorte d’endroit, sur des rochers très différents et dans des styles plutot variés .

Pour moi l’escalade c’est avant tout le dépassement de soi, la beauté des gestes, les rencontres, la convivialité, le dépaysement liés aux sites de grimpe, mais également le bonheur d’arriver plus ou moins difficilement au sommet des voix.

Il est vrai que pour un site dédiés aux activités de « promenade en milieu pentu » l’escalade se devait d’y figurait, car sans pente la grimpe n’a pas lieu d’être.

Voici donc un pêle mêle de photos prises ces 5 dernières années.

Granite de la Haute-Maurienne – Bonneval sur Arc – Savoie

Hormis la salle, la forme la plus développée aujourd’hui de l’escalade est la grimpe en falaise équipée. Il existe un nombre considérable de falaises plus ou moins asceptisées où l’on peut se faire plaisir et grimper dans tous les niveaux de difficulté en ayant l’équipement nécessaire à la progression.

Céuse – Secteur Biographie et Demi-lune- Hautes-Alpes

Céuse est, de l’avis de nombreux grimpeurs, l’un des plus beau site de grimpe du monde  C’est une grande falaise s’étendant sur quelques kilomètres d’un seul tenant et au sommet d’une montagne. Sa hauteur varie de 50 à 150 mètres, ici les couennes de 30-35 mètres prédominent, les voies extrèmes s’enchainent les unes près les autres. Heureusement certains secteurs offrent des voies plus abordables. Allez à Céuse et vous y retournerez !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Arnaud à la Pierre du Quart – Savoie

 

                 Raf, Moi et Sim sur

              les blocs de Grès d’Annot

                       -Alpes Maritime-

Le bloc est le style d’escalade où l’on se sent le plus libre, ici pas besoin de cordes ou de quincaillerie, seul les chaussons sont de rigueur. C’est une pratique très conviviale car souvent pratiqué en groupe, on essaye les mêmes passages, on se refile ses techniques et on s’encourage pour pouvoir s’arracher au sommet des blocs.

L’AB dans une fissure technique sur les blocs géants de Targa

             –         Pyrénnés Orientale -

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Camille dans les surplombs de Finale Ligure – Italie

 

Simon arrive au sommet de la voie « Le Festin de Babeth »- Mont Peney – Savoie

L’une de mes pratiques préférées en escalade est la grande voie. Dans les Alpes et ailleurs, de nombreuses voies ont été tracées sur des falaises allant de 100 à 1000 mètres de haut. Cette pratique nécessite une bonne connaissance générale du milieu montagnard, un bon niveau d’escalade, une certaine aisance dans les manipulations de cordes ainsi qu’un coeur bien accroché, c’est en effet la discipline où la sensation de vide prédomine.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comments are closed.